Je me souviens…

Les individus écrivent leur futur, leur histoire. ÉTAPE se propose de favoriser l’historicisation pour et par les jeunes.

Les institutions qui accueillent ces adolescents ont aussi leur histoire. Elles regorgent de récits singuliers, émouvants, incongrus, drôles voire extraordinaires qui se perdent souvent lors des mutations, retraites, départs.

ÉTAPE se propose de jouer un rôle de “passeur” au travers du recueil de ces “petites histoires” des personnes autour d’événements marquants. Ces témoignages recueillis et publiés ici même permettront sans doute aux professionnels d’aujourd’hui d’enrichir leur mémoire et d’envisager l’importance de laisser une trace de leur vécu professionnel pour les générations futures.

Nous vous invitons dès maintenant à nous faire parvenir, nominativement ou anonymement, un récit authentique d’un moment marquant!!

votre texte devra commencer par “Je me souviens…”

Envoyez-nous vos contributions à l’adresse lucile.marault@etape.info en précisant JE ME SOUVIENS dans l’objet de votre mail.

 

 

Je me souviens… C’était cette humanité…

C’était M., plus jeune incarcéré de France, à son époque, treize ans et demi, qui me disait : « elle s’prend pour qui la juge, c’est pas ma mère ». Alors que sa mère…

C’était D., quinze ans et demi, obèse, en agitation perpétuelle, qui entre deux doses de Tercian déclamait à longueur de journée qu’il avait envie de chier dans une bouche.

C’était cette collègue qui m’insupportait avec ses mains noueuses, fausses et ses sourires forcés, jouant à l’apprentie sorcière, qui avait fait du leurre son fonds de commerce.

C’était cette juge qui invariablement se retournait vers moi et me demandait, alors monsieur, que fait-on.

Continuer la lecture