Nous recommandons…

Sur cette page, nous partageons des documents (films, documentaires, livres, etc.)
qui font écho à la clinique d’Étape.

Le site Internet : https://pragmata.hypotheses.org.
“Au carrefour de l’anthropologie de l’art et de l’anthropologie médicale, Pragmata est un espace expérimental d’investigation sur l’équipement matériel des espaces thérapeutiques. Issu d’une rencontre fortuite et fructueuse entre l’anthropologie sociale (Cornell University, NY), la médecine et la psychiatrie (Institut Mutualiste de Montsouris, Paris) et l’histoire de l’art et l’archéologie (Sorbonne Université, Paris) ce carnet rassemble des billets d’humeur, d’analyses et des réflexions sur la culture matérielle et technique des espaces de soin. L’objectif est d’ouvrir un dialogue autour des cultures matérielles équipant la médecine et la psychiatrie, tout en donnant la parole aux acteurs et divers usagers. On se demande comment des objets de la modernité facilitent ou empêchent la rencontre clinique? Comment fabrique-t-on schématiquement la société et cybernétiquement la morale dans des espaces hospitaliers, des cliniques, et d’autres milieux thérapeutiques ?”


Le livre de Xavier Bouchereau La posture éducative aux éditions Éres. Xavier Bouchereau est éducateur spécialisé qui a travaillé 10 ans en Protection de l’enfance (milieu ouvert). Il est actuellement chef de service. Son ouvrage, préfacé par Rouzel, est intéressant pour deux raisons. Tout d’abord, ce sont souvent des psychologues, psychiatres qui écrivent sur le métier d’éducateur. Il est trop rare que ce soient des éducateurs ou chefs de service toujours en fonction qui écrivent sur leur métier et leurs pratiques. Ensuite, l’écriture est fluide, facile à lire et à comprendre. Toutes les postures éducatives qu’Étape rencontre ou pour lesquelles nous agissons sont présentées dans ce livre. A consommer sans modération.

Article “Actualité de la pratique pionnière d’August Aichhorn auprès d’adolescents délinquants” de Florian HOUSSIER.

https://www.cairn.info/revue-enfances-et-psy-2013-3-page-39.htm?contenu=article


Dense et référencé, Vulnérable ou Dangereux est un ouvrage issu de la recherche doctorale de Yannis Gansel, psychiatre et anthropologue. Il pose un regard anthropologique de la prise en charge des jeunes en difficultés. Assumant des partis pris, il met en perspective les dimensions historiques, sociologiques, politiques et cliniques depuis son statut de psychiatre au sein d’un dispositif proche d’Étape, le RIAD (Réseau Inter institutionnel pour Adolescents en Difficulté), également sous co-tutelle Protection Judiciaire de la Jeunesse/Aide Sociales à l’Enfance (texte de Magali Goubert))

Ce film raconte, depuis la parole de chacun, la façon dont une famille sort de sa prison mentale et physique. Il met en valeur des éléments intéressants pour la clinique d’Étape :  le poids de la médiation, dans ce cas précis, des films et de la musique, détours ludiques et créatifs les aidant à se « sentir vivants » bien qu’enterrés dans leur appartement, inexistant aux yeux du reste de la société (texte de Magali Goubert)

Ce film a obtenu un succès retentissant, probablement par la nuance qu’il apporte 
aux idées reçus à propos des jeunes de cités le plus souvent décrits comme dangereux omettant qu’ils sont aussi « vulnérables » pour reprendre le titre de l’ouvrage de Y. Gansel. Le parti pris du réalisateur évoque celui de Wolfpack avec toutefois un paradigme inversé : Wolfpack s’inscrit dans le registre des documentaires traités comme une fiction alors  que Les Misérables est une fiction traitée comme un documentaire (texte de Magali Goubert) 

Ce film aurait pu s’appeler « Joker ou la genèse de la violence ». Il fait le récit du parcours chaotique d’un homme avec pour toile de fond, la misère sociale. Il raconte la genèse de la violence prenant Joker pour un symbole de la déchéance vengeresse. Ce qu’il traite fait écho à la clinique d’Étape dans la mesure il s’agit de personn(ag)es considérés à la fois comme auteurs et victimes (textes de Magali Goubert).